LE ROSAIRE, SOURCE DE VIE EVANGELIQUE

 

 

 

Dire le Rosaire en esprit et en vérité


Fatima, plus encore qu'à Lourdes, la sainte Vierge a recommandé de réciter le rosaire, elle s'est même donné le titre de Notre-Dame du rosaire. Existe-t-il une relation profonde entre le changement intime du cœur, la conversion qu'elle réclame de nous et cette forme de prière qui demeure trop souvent routinière et superficielle ?
La réponse est affirmative et nous montrerons pourquoi. Encore faut-il cependant que cette prière en soit une, c'est-à-dire qu'elle soit faite en esprit et en vérité au lieu d’être marmonnée mécaniquement. Les indignations de Pascal dans sa Neuvième Provinciale et celle de saint Grignion de Montfort au chapitre troisième de la Vraie dévotion, à l'adresse des faux dévots à Notre-Dame, méritent toujours de retenir notre attention et après Fatima au moins autant qu'au XVIIe siècle.
Car enfin, si la Vierge se désigne comme Notre-Dame du rosaire et si elle nous presse de nous servir du chapelet, ce n'est point pour autoriser l'inconscience, voire le pharisaïsme dans la prière.
Ceci dit, il apparaît que le grand avantage du rosaire, quand il est dit en esprit et en vérité, c'est de nous obliger plus que nulle dévotion (nous ne parlons pas de la liturgie qui est d'un autre ordre) à prendre conscience du mystère intégral de notre rédemption : la vie, la passion et la gloire du Christ Sauveur. Cette prise de conscience prolongée doit évidemment nous amener à conformer nos sentiments et nos mœurs à ce que nous méditons. Le rosaire est une prière contemplative, c'est l'Évangile même qu'il fait contempler et de plus c'est en présence et avec l'aide de celle qui est entrée le plus avant au cœur de l'Évangile que se poursuit notre contemplation ; comment ne serait-t-elle pas une source merveilleuse de vie évangélique ? Comment dès lors le rosaire ne nous entraînerait-il pas vigoureusement à changer de vie et à nous convertir ?

 

Le Rosaire et la messe


ela d'autant plus que, si on le dit comme il faut le dire, le rosaire doit nous amener à une meilleure fréquentation de l'eucharistie, au mystère de foi et à la grande prière eucharistique, qui sont les moyens privilégiés de notre transformation dans le Christ. Le rosaire bien dit nous fait entrer mystiquement dans le mystère du Christ et nous fait désirer de participer à ce mystère sacramentalement afin que notre participation mystique devienne plus continue et plus profonde. L'efficacité du rosaire pour notre conversion se conçoit encore mieux si l'on songe à la liaison vitale entre la récitation des mystères et la fréquentation sacramentelle du mystère eucharistique.
Non moins qu'une contemplation, le rosaire est une demande et une demande assurément très convenable aux yeux de Dieu et très présentable à son infinie sainteté puisque le suppliant, le pauvre pécheur qui implore, se cache et se perd dans la prière de celle qui prie parfaitement, car c'est d'une manière parfaite qu'elle s'adresse au Père au nom de son Fils Jésus et dans l’Esprit-Saint ; c'est avec un accent d'une pureté ineffable qu'elle prononce le Per Dominum nostrum Jesum Christum étant la Mère immaculée de ce Dominus.

 

 

Pourquoi la Sainte Vierge attache au Rosaire une telle importance


es quelques réflexions suffisent sans doute à faire comprendre pourquoi la Sainte Vierge, sans parler de l'enseignement ordinaire de l'Église, attache au rosaire une telle importance. C'est que le rosaire, à vrai dire, loin d'être fermé sur lui-même et de dispenser de tout le reste, est un chemin très sûr vers des biens meilleurs ; loin d'exempter de la conversion, il y prépare ; loin de faire oublier la liturgie et les sacrements, il y conduit et les prolonge. Le mauvais usage qui peut en être fait ne prouve pas plus quelque chose contre sa valeur que l'iconographie religieuse si souvent détestable ne prouve quelque chose contre la splendeur du Christ et de la Vierge.

 

Surtout dans l'extrême péril, recourir au Rosaire


'est surtout lorsque fléchit la ferveur dans le peuple chrétien, lorsque se multiplient les scandales et les péchés ou lorsque la civilisation chrétienne est sur le point d'être ruinée, c'est surtout en ces heures d'extrême péril, soit pour l'Église, soit pour les nations chrétiennes, que les papes nous adjurent de recourir au rosaire. Souvenons-nous par exemple de saint Pie V au moment de l'invasion ottomane, de Pie XI pendant la révolution espagnole et à la veille de la seconde guerre mondiale, de Pie XII enfin, pendant que le tiers de l'Église devenait l'Eglise du silence. Cette confiance que les papes et la sainte Église mettent dans le rosaire pour triompher des forces de l'Enfer dans les heures de leur déchaînement le plus furieux s'explique naturellement parce que le rosaire étant une sainte méditation nous met sur la voie de la conversion ; étant une supplication par l'intermédiaire de l'Immaculée il est une supplication pure ; enfin, s'il implore le salut et le renouvellement d'un ordre temporel chrétien, il l'implore dans le sens que Dieu veut, puisqu'il s'adresse à la Vierge de l'Annonciation et du Calvaire qui connaît parfaitement la valeur et la signification du temporel.

Père CALMEL O.P. « Le Cœur Immaculé de Marie et la paix du monde»,

Itinéraires n° 38, déc. 1959 (extrait).