L’Ange du Seigneur annonça à Marie…. Et Elle conçut par l’Opération du Saint-Esprit….

Lorenzo Lotto- Italie-XVe

 

 

u’est ce que l’Angelus ?

 

 

1. L’Angelus

 

- L'Angelus est une prière instituée par l'Église :

  • pour honorer l'Incarnation du Verbe et remercier la Sainte Trinité des immenses bienfaits dont ce grand mystère est la source ;
  • pour honorer la Sainte Vierge, dans le sein de laquelle ce mystère s'est accompli, et pour réclamer son intercession auprès de Dieu.

En l'honneur des trois personnes divines, qui ont coopéré à l'Incar­nation, on sonne l'Angelus trois fois le jour, et l'on tinte trois coups avant chacun des trois Ave Maria.

2. Solennité et beauté de cette prière. - Cette prière, dont seule l'habitude nous empêche de remarquer la solennité, est annoncée par toutes les cloches de la terre catholique, trois fois le jour, ce qui n'existe pour aucune autre prière.

Mille fois on a décrit la beauté de cette voix des cloches, rappelant aux âmes fidèles, au déclin du jour et dans la paix du soir, le mystère de l'Incarnation et les exhortant à saluer Marie par les paroles de l'ange, et à remercier Dieu d'être venu nous sauver.

3· Composition de l'Angelus. - L'Angelus se compose de trois ver­sets, suivis chacun d'un Ave Maria, plus d'un quatrième verset, accompagné d'une oraison.

Le premier Ave Maria est précédé de ces paroles, qui renferment toute l'économie du mystère de l'Incarnation: Angelus Domini nuntiavit Mariœ, et concepit de Spiriti Sancto, c'est-à-dire: « L'ange du Seigneur vint annoncer à Marie (qu'elle serait Mère de Dieu), et elle conçut par l'opération du Saint-Esprit. »

Avant le second Ave Maria, on dit ces paroles, par lesquelles Marie acquiesça à l'accomplissement du mystère: Ecce ancilla Domini, fiat mihi secundum verbum tuum ; c'est-à-dire: « Voici la servante du Sei­gneur, qu' il me soit fait selon votre parole. »

Enfin, le troisième Ave Maria est annoncé par ces mots de l'Évan­gile, qui expriment l'incarnation du Fils de Dieu: Et Verbum caro factum est, et habitavit in nobis, c'est-à-dire : «  Et le Verbe s'est fait chair, et il a habité parmi nous. »

On termine par le verset : « Ora pro no bis, sancta Dei Genitri », etc., et par l'oraison Gratiam tuam, etc.

4· Histoire de l'Angelus. Celui du soir. - L'Angelus, comme beau­coup d'autres prières et coutumes pieuses, s'est formé lentement. On en retrouve les premières traces au XIIIe siècle et il n'a pris sa forme définitive qu'au XVIe ou même au XVIIe siècle.

Il a commencé par la sonnerie du soir et la récitation, à ce moment, de trois Ave Maria, seuls ou joints à quelque autre prière, suivant les lieux. En beaucoup d'endroits on transforma en sonnerie de l'Ave Maria celle du couvre-feu.

Saint Bonaventure, supérieur général des Franciscains, semble avoir été, avec son Ordre, un des principaux propagateurs de l'Angelus du soir. Divers évêques, ou conciles provinciaux encouragent la pieuse récitation à la même époque.

La première intervention officielle de l'Église serait celle du pape Jean XXII qui, en 1318, pour stimuler la pratique relativement nou­velle, y attacha 10 jours d'indulgence.

5· Sonneries du matin et de midi. - Peu à peu, à partir du XIVe siè­cle se répand la coutume de sonner aussi les cloches, le matin, pour réciter un ou plusieurs Pater et trois Ave Maria.

Plus tard, au XVe siècle s'établit encore l'usage de sonner à midi, soit en l'honneur de la Passion, le vendredi, soit pour demander le secours de Dieu contre les Turcs, qui sont la terreur de la chrétienté, soit pour réciter trois Ave Maria. (Calixte III, en 1456, lors du siège de Bel­grade, Louis XI, en 1474, pour la paix, etc.)

6. Unification. - Enfin, au XVIe siècle et surtout au XVIIe siècle, l'unification s'achève et les trois sonneries indiquent une même prière formée principalement de trois Ave Maria, ainsi que de versets et d'une oraison, récités à genoux, en l'honneur de l'Incarnation.

Benoît XIII, en 1724, règle définitivement tout ce qui regarde la récitation de l'Angelus, avec l'octroi d'une indulgence plénière men­suelle. Benoît XIV, en 1742, substitue le Regina cœli à l'Angelus, pendant le temps pascal et la station debout, les dimanches.

 

omment récitez l’Angelus ?

Le matin à 7 heures, à midi et le soir à 19 heures mettons nous à genoux et disons pour honorer l'Incarnation du Fils de Dieu et pour glorifier sa très Sainte Mère:

L'Ange du Seigneur annonça à Marie

Et elle  conçu  par l'Opération du Saint Esprit.

Je vous salue Marie ...

Voici la servante du Seigneur.

Qu'il me soit fait selon votre parole

Je vous salue Marie ...

Et le Verbe s'est fait chair.

Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie ...

Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu, afin que nous devenions dignes des promesses de Notre Seigneur Jésus-Christ.

Prions: Seigneur, nous vous supplions de répandre votre grâce dans nos âmes, afin qu'ayant connu par la voie de l'Ange, l'Incarnation de Jésus-Christ votre Fils, nous arrivions par sa Passion et par sa Croix, à la gloire de sa Résurrection. Par le même Jésus-Christ Notre Seigneur. Ainsi soit-il.

 

 

   


En Latin

Angelus Domini

 

V. Angelus Domini nuntiavit Mariae,
R. Et concepit de Spiritu Sancto.

Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum; benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Iesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae.Amen.

 

V. Ecce ancilla Domini,
R. Fiat mihi secundum verbum tuum.


Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum; benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Iesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae.Amen.

 


V. Et Verbum caro factum est.
R. Et habitavit in nobis.


Ave Maria, gratia plena, Dominus tecum; benedicta tu in mulieribus, et benedictus fructus ventris tui, Iesus. Sancta Maria, Mater Dei, ora pro nobis peccatoribus, nunc et in hora mortis nostrae.Amen

 


V. Ora pro nobis, sancta Dei Genitrix.
R. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.

Oremus.

Gratiam tuam, quaesumus, Domine, mentibus nostris infunde; ut, qui, angelo nuntiante, Christi Filii tui incarnationem cognovimus, per passionem ejus et crucem, ad resurrectionis gloriam perducamur. Per eumdem Christum Dominum nostrum.

R. Amen.

 

 Extrait de la Vierge Marie, PETITE ‘SOMME’ MARIALE, 1955

 

 

 * * *

n septembre 1958, pour le centenaire des apparitions de Lourdes, le pape Pie XII demandait aux familles de dire cette prière de l'Angelus, à la fois pour la conversion de la Russie et pour la sanctification des familles,

source:Dossier Spirituel, Anges de Dieu qui êtes nos gardiens, Pentecôte 2015 , Chartres-Paris, FSSPX