Prier pour qui ?

 

 

 

 

Madone de la prairie, Giovanni Bellini, 1505

 

rès souvent on commence par prier pour soi ou ses proches.

Lors d'une épreuve, une maladie grave, un échec, un licenciement, un accident grave ...notre ange gardien nous incite à prier et parfois il nous décide à (re)commencer à prier.

 

Si nos demandes ne sont pas exaucées tout de suite nous nous plaignons:

Nous réclamons de Dieu qu'il fasse notre volonté. Or prier c'est tout le contraire. C'est demander à Dieu de faire Sa volonté.


Si nos premières demandes ont été exaucées,
nous continuons à demander, c'est assez logique.

Mais attention, celui qui cherche toujours à obtenir quelque chose de l'être aimé, n'est pas un amoureux, mais un commerçant.

Notre Prière, trop souvent n'est qu'un commerce avec Dieu....nous voulons qu'elle "rapporte".


Que demander alors à Dieu pour nous ?

Nous ne pouvons demander à Dieu de réussir un examen ou d'obtenir une augmentation de salaire....qu'à la condition d'ajouter : "Si vous jugez, Seigneur, qu'ainsi j'accomplirai mieux votre volonté"



Plutôt que de prier pour nous et nos proches.

Il vaut beaucoup mieux prier pour les autres, c'est la charité, la seule vertu théologale qui restera au ciel. Alors il faut beaucoup prier (le rosaire, par exemple) pour les âmes du purgatoire, qui sont terriblement malheureuses. Elles ne peuvent absolument rien pour elles mêmes mais elles peuvent beaucoup pour nous... et pour nos intentions les plus chères.