Le portement de la croix

 

omme ils l'emmenaient, ils arrêtèrent un certain Simon de Cyrène qui revenait de la campagne, et ils le chargèrent de la croix pour la porter derrière Jésus.


Il était accompagné d'une grande foule du peuple, et notamment de femmes, qui se battaient la poitrine et se lamentaient sur lui.


Jésus se tourna vers elles pour leur dire Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi, mais pleurez sur vous-mêmes et sur vos enfants, car les jours viennent où l’on dira heureuses les stériles, les entrailles qui n'ont pas enfanté et les mamelles qui n'ont pas allaité.

 

Chemin de Croix, Jean Batiste Tiepolo, 1737-1738

 

 

0 Marie, Mère des Douleurs, faites que, avec vous, nous suivions Jésus

qui s'est rendu faible pour nous donner la force,

qui est tombé pour nous relever,

et que rien ne nous arrête dans la montée de notre propre Calvaire pour arriver au sommet et y mourir avec Jésus,

assistés par vous, Mère très aimante!

Padre Pio.

 

 

 

4e Mystère: Le Portement de la Croix

Fruit du Mystère : Le support des peines de notre état.

 

Notre Père...

 

Alors Pilate fit clouer sur la croix l'inscription: « Jésus Nazaréen, roi des Juifs. »

Jésus portant la Croix se mit en marche.

Il tomba à terre une première fois ; puis, se releva.

Marie rencontrant Jésus unit ses propres souffrances à celles de la Passion de son Fils et fut ainsi associée par Lui à l'œuvre de la Rédemption.

Ils contraignirent Simon le Cyrénéen à aider Jésus à porter la croix.

Une femme pieuse, Véronique, essuya son visage.

Il tomba à terre une deuxième fois.

Se relevant, il consola les Filles d'Israël qui le suivaient.

Il tomba à terre, une troisième fois.

10° Tiré, poussé, il arriva au sommet du Calvaire et fut dépouillé de ses vêtements.

 

Gloire au Père...


 

Le portement de la Croix.


Condamné à mort, Jésus porte jusqu'au Calvaire, la Croix, instrument de son supplice. Tout le peuple le charge d'injures. Seuls Marie, sa Mère, quelques pieuses femmes et quelques disciples compatissent à ses souffrances.


Cet homme qui chancelle sous la lourde Croix, c'est le Fils de Dieu. Qu'on le veuille ou non, la Croix est dans notre vie. Comprenons que seul Jésus peut en faire pour nous un instrument de bonheur.